Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

04 Feb

L'ENA ou le mal français.

Publié par Legrand

L'ENA ou le mal français.

L’ENA OU LE MAL FRANCAIS

 

Outre la corruption endémique qui gangrène le personnel politique depuis près de 60 ans, l’une des pires racines du mal français reste bien l’ENA.

Initialement destinée à former les cadres de l’administration (« les grands commis de l’Etat », comme on disait délicieusement alors), ce nid de frelons secrète une nouvelle caste qui s’est octroyée le droit de conduire les affaires du pays.

Dotés d’une machinerie intellectuelle forgée à la bien-pensance, porteurs (sains ?) de la doxa officielle, une bonne partie des jeunes énarques fraichement émoulus commencent par se répandre dans les cabinets ministériels et la haute administration, pour se lancer rapidement vers l’objectif suprême : devenir parlementaires, ministres, voire plus pour les plus experts en gestion de carrière.

 

Pourtant, l’ENA, considérée comme l’école de la haute fonction publique, n’est pas à jeter avec l’eau du bain. Il faut la réformer, et surtout supprimer ce privilège digne de l’Ancien Régime qui autorise les haut-fonctionnaires en mal de politique de se faire « mettre en disponibilité », et pour certains, heureux bénéficiaires de nombreux mandats successifs, jusqu’à l’âge de la retraite (voir Juppé et Fabius) !

 

Cet avantage considérable les place éminemment en situation de privilègiés face aux salariés du privé, aux entrepreneurs, aux professions libérales, qui n’ont, eux, quasiment aucune chance de retrouver leur poste après un mandat parlementaire.

Et ce en contradiction totale avec l’article I de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen « les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits« .  

    Après un premier mandat parlementaire, et en cas de réélection, les fonctionnaires titulaires réélus ne pourront plus bénéficier du droit de mise en disponibilité. Tout fonctionnaire réélu député ou sénateur devra donc, pour siéger, démissionner de son poste administratif.

 

 

DE LA PROMOTION VOLTAIRE A LA PROMOTION SENGHOR

 

Sans le mesurer encore totalement, on sent bien le mal qu’a pu faire à la France la Promotion Voltaire, sous la conduite de son leader François Hollande et de l’inénarrable Ségolène…

 

On ne peut que craindre ce que nous prépare la Promotion Senghor, sous la conduite d’Emmanuel Macron…

 

Hollande avait perdu d’avance, et il le savait.

Hamon et Mélenchon vont se neutraliser l’un-l’autre par leurs programmes d’un autre âge.

Marine Le Pen, bien que favorite des sondages au 1er tour, ne parviendra pas – sauf surprise exceptionnelle, mais on en voit quelques unes ces derniers temps – à réunir les 18 millions de suffrages nécessaires au 2ème tour.

 

Il ne restait plus au Système qu’à inventer une machine susceptible de rebattre les cartes, en éliminant définitivement Fillon pour gagner la présidentielle, diabolique complot visant à voler une fois de plus l’élection à un peuple au bord de la crise de nerfs.

Cette machination porte un nom : Macron.

 

EMMANUEL MACRON, L’HOMME PROVIDENTIEL DU SYSTEME

 

Après 2 ans passés à l’Elysée comme Secrétaire Général Adjoint, ce jeune homme pressé fut donc nommé à 36 ans Ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique.

C’est un proche de Gaspard Gantzer, Conseiller en Communication de Hollande et de Mathias Vicherat, Directeur de Cabinet d’Anne Hidalgo à la Mairie de Paris.

On sait aussi que Boris Vallaud, le mari de Madame Belkacem, fut au cabinet de Montebourg, pendant que son ami Etienne Grass était, lui, au cabinet de Najat.

Petits arrangements entre amis…

 

La promotion Senghor n’avait pas attendu Hollande pour infiltrer les artères du pouvoir. On trouvait les impétrants auprès de Xavier Bertrand, Eric Woerth, et même à l’Elysée.

Ils se sont presque tous, depuis, recyclés dans la banque et la finance.

 

LES MEDIAS A LA BOTTE DE MACRON !

 

Avec l’élimination de Sarkozy, de Juppé, et le retrait volontaire et forcé de Hollande, il semble que le Système, avec la collusion opérationnelle des médias, a bien inventé Macron pour empêcher à nouveau les Patriotes de prendre les rênes de la France.

 

ELIMINER FILLON : DERNIERE ETAPE POUR « SAUVER 2017 » ?

 

Un message circule sur les réseaux sociaux, dont il est impossible de découvrir la source et donc l’authenticité, mais il n’est pas invraisemblable…

 

Que dit-il, en substance ?

 

Que le dossier concernant la famille Fillon émane du Ministère des Finances ; qu’il aurait été remis à Hollande puis à Gaspard Gantzer lequel l’aurait transmis à Michel Gaillard, Directeur du Canard Enchaîné et proche de Hollande.

 

Comme il n’est pas illégal de recruter un membre de sa famille en qualité d’Attaché Parlementaire, à condition qu’il s’agisse d’un travail effectif, il convenait alors de prouver qu’il s’agissait d’un emploi fictif pour caractériser le délit.

 

Entrée en scène de Mme Houlette, Procureur du Parquet National Financier, qui se saisit opportunément du dossier. Pour fixer les choses, il convient de rappeler que cette dame fut nommée par Hollande sur recommandation de Taubira… Gage de neutralité, à n’en pas douter.

 

Pas question ici de soutenir Fillon s’il s’avère (ce qui est plus que probable) que les postes de Pénélope et de ses enfants étaient fictifs. D’autant que l’intéressé se présentait lui-même volontiers comme un chevalier blanc !

 

Mais, en état de guerre (merci en passant aux militaires de l’opération Sentinelle qui ont neutralisé un islamiste égyptien hier au Louvre), la France en a assez des manoeuvres et petites combinaisons électorales, des politiciens carriéristes et mus par leur seule ambition personnelle.

 

Elle a besoin d’hommes et de femmes honnêtes, portés par leur intelligence et l’amour désintéressé de leur Patrie.

 

Il semble décidément que ce soit aujourd’hui une denrée rare…

 

Marc Le Stahler

 

À propos

Présentation